La formation, laboratoire des initiatives du digital RH ?

En marge de la publication de l’Etude « Une fonction digitale RH engagée à accompagner la transformation numérique de son entreprise » menée auprès d’un panel de 76 DRH, nous vous invitions à retrouver chaque semaine sur notre Blog, des extraits et des temps forts de notre étude.

N’hésitez pas à réagir et à partager votre avis sur les thèmes développés et à nous faire part des initiatives à l’œuvre au sein de votre organisation !


La transformation digitale a amené les entreprises à repenser leurs propres processus. Pour notre panel de DRH, c’est la formation qui est élue grande gagnante, terrain de jeu des initiatives digitales. Pourquoi, et qu’est ce qui définit ces nouveaux usages ?

blog RH - la formation 23-03-2015

Une révolution technologique et pédagogique:

Parce que la formation est confrontée à la marketisation de son offre, c’est elle qui la première a concentré les projets digitaux. La transformation des outils, des contenus, des médias, et même des méthodes d’animation est donc naturellement venue de l’offre. Les sociétés de création de contenus et d’externalisation de la formation ont mis sur le marché de nouveaux formats : MOOCs[1], SPOCs[2], wikis, e-learning interactifs ou encore Classes virtuelles, qui remplacent les supports traditionnels. Le développement exponentiel des capacités de stockage et d’hébergement en bande passante permettent de gérer un contenu média plus riche. Les entreprises s’équipent de plateformes LMS[3] de plus en plus performantes. Le secteur de la formation en cloud notamment prévoit une progression de 15% pour 2015.

Qui dit nouveaux outils dit nouveaux usages : c’est toujours le cas avec le digital ! Les programmes de formation intègrent des dimensions présentielles et distancielles, à consommer à la carte par le collaborateur : c’est le « blended learning ». Pour l’entreprise, le digital permet de diversifier (et de rationnaliser !) son offre. Pour le collaborateur, c’est la possibilité de consommer la formation en asynchrone ; c’est-à-dire au moment qui sera le plus adapté à sa réalité opérationnelle.

Une grande tendance, et qui va se renforcer en 2015, ce sont les pratiques nomades. Les contenus de formation sont de plus en plus accessibles sur les applications et les collaborateurs consultent les contenus depuis des terminaux variés : tablette, smartphone, PC personnel… Le contenu s’adapte à tous les supports.

Apprentissage social…

Autre tendance majeure de ces derniers mois : la production du savoir est partagée. Le modèle des MOOCs, tout d’abord développés au sein des universités ou des écoles, apparait dans les entreprises. Les espaces collaboratifs permettent un meilleur partage des savoirs, dans une logique de co-apprentissage et de co-construction. Les entreprises accompagnent la mutualisation des expertises, notamment en créant des universités internes intégrant pour la plupart des cas une forte dimension digitale. La création de communautés de savoirs va vers le développement de l’intelligence collective.

… et Individualisation des parcours

Paradoxalement, les outils collaboratifs du Digital, destinés au partage en communauté, favorisent l’individualisation des usages, car ils renforcent l’autonomie du collaborateur dans la construction de son parcours. L’individu est responsabilisé face à son développement, sa carrière, directement impliqué dans le choix, la conception et le déroulé de la formation. On assiste donc à l’individualisation du catalogue et du parcours ; évolution qui sera sans doute renforcée par la nouvelle législation sur le CPF.

Autre signe fort : la reconnaissance de la formation informelle, tout au long du parcours du collaborateur. On ne compte plus les études démontrant l’importance de l’auto apprentissage pour la mémorisation des acquis. La capacité d’une organisation à capitaliser sur ce savoir informel est une des clés de la compétitivité, et le Digital en est le levier : plus d’outils collaboratifs pour communiquer sur ces apprentissages et les partager.

Contrairement à ce que l’on peut penser de prime abord, la révolution du digital dans le champ de la formation n’est pas une révolution à proprement parler technologique. Il s’agit bien d’une révolution des modes d’apprentissage : à la fois collectifs (intelligence collaborative) et individuels (auto apprentissage informel).

Tout l‘enjeu pour nos DRH sera de savoir faire cohabiter ces deux types d’apprentissage !

Retrouvez un approfondissement de ce thème, dans notre étude, consultable en intégralité ici.

Auteur : Camille Charmasson, Consultante RH-Management

[1] « Massive Open Online Courses », cours en ligne ouvert et massif. Gratuits, ces cours réunissent de nombreux participants, enseignants et élèves de différents niveaux dispersés géographiquement en ligne, en visioconférences souvent complétées d’autres outils comme des forums, des chats, des blogs. Les formats sont variables : cours magistraux, ateliers, sessions d’exercices mais ont en commun leur interactivité.

[2] SPOC : « Small Private Online Course » cours en ligne privatisé ou en petit groupe. Réalisé à distance et multimodal, il permet une progression pédagogique individualisée.

[3] Learning Management System : application ou logiciel intégré de gestion de l’apprentissage et des parcours pédagogiques. Permet la publication et l’administration des contenus, l’évaluation ainsi que le suivi et le pilotage des campagnes de formation.

Leave a Comment