LES MOOCs – Un phénomène digital et humain au service du service Formation

Rappel : Genèse et signification

Né en 2008 dans le fond d’une classe d’une province à l’Ouest du Canada, le premier cours mis en ligne par deux professeurs avait attiré 2 300 élèves. Chiffre suffisamment convaincant pour que les plus grandes universités américaines se lancent dans la partie.

Verdict, 7 ans plus tard, en France, ce sont plus de 400 000 « apprenants » (étudiants, salariés, personnes désireuses d’apprendre, …) qui ont suivis ces cours en ligne et une soixantaine de MOOCs maintenant disponibles sur la plateforme FUN, ouverte depuis janvier 2014[i] .

Petit rappel de la signification de cette anagramme au son d’une tribu lointaine :

  • Le « M » de Massive signifie que le cours peut accueillir un nombre en principe non limité de participants ;
  • Le « O » d’Open signifie que le cours est ouvert à tous les internautes, sans distinction d’origine, de niveau d’études, ou d’un quelconque critère ;
  • Le « O » d’Online signifie que l’ensemble du cours peut être suivi en ligne : cours, activités, devoirs, examens, etc ;
  • Le « C » de Course rappelle que c’est un cours avec des objectifs pédagogiques, et donc une pédagogie active, et non simplement des ressources diffusées en ligne.

 

Et donc :

  • La cible ? Tout le monde, quel que soit son parcours universitaire, son activité professionnelle actuelle, ses compétences…
  • Quel accès ? De partout avec un accès internet, depuis son salon, son bureau, …
  • Quand ? Selon des programmes définis pour chaque MOOCs : date d’ouverture, durée, effort estimé par semaine.
  • Quel coût ?
  • Quelle certification ? Aucune valeur diplômante, mais preuve du suivi du MOOC dans sa totalité (réel atout quand on sait que le taux de no-show et de parcours non fini est très élevé).

 

Une diversité de sujets proposés et des échanges nombreux et riches

Ainsi, que vous souhaitiez être incollables sur les « Chansons des troubadours », la « Mécanique des solides déformables », ou bien acquérir une réelle compétence en « Management, gestion d’équipe et Leadership », rendez-vous sur la plateforme française FUN (France Université Numérique) ou sur la plateforme américaine Coursica, entre autre, afin de découvrir l’ensemble des MOOCS proposés. A titre d’exemple, le journal Challenge de février recensait les valeurs sûres selon quelques thématiques de MOOCs[ii].

Les bénéfices des MOOCs semblent donc évidents : facile d’accès, cours de qualité (car pour certains, animés par des professeurs d’universités prestigieuses), permettant l’accès à un forum avec des échanges sur le sujet étudié. Ce dernier point est d’ailleurs la clé du succès des MOOCs et ce qui le différencie des e-learning classiques. L’apprenant n’est pas seul face à son ordinateur ; une réelle opportunité de se créer un réseau et d’approfondir le thème du MOOC étudié, de par les différents échanges avec les autres apprenants et les professeurs, s’offre à lui.

Avec le digital, les connaissances et le savoir sont davantage partagés que détenus !

Une opportunité à saisir par les DRH

Les MOOCS ne doivent cependant pas être vus uniquement comme un phénomène digital. Leur développement a un réel impact dans la gestion des RH au sein de l’entreprise et va représenter un enjeu pour les DRH et en particulier les services Formation qui vont devoir les exploiter.

Ces cours en lignes semblent donc répondre aux attentes de chacun et permet à :

  • « l’apprenant » (qu’il soit étudiant ou salarié) d’élargir son panel de compétences, d’échanger avec les autres apprenants et les professeurs grâce aux forums, de trouver un emploi en éveillant la curiosité des recruteurs (Ce point est surtout vrai pour les grandes entreprises bien au fait du phénomène « MOOC » versus les PME),
  • l’entreprise de les aider dans leur recrutement : trouver de nouvelles pépites en externe (certaines plateformes américaines vendent d’ailleurs leurs données sur des étudiants à des recruteurs en mal de perles rares[iii]), de suivre ses propres talents en interne, de développer leur marque employeur (en utilisant les MOOCs comme un outil de communication RH).

Mais pour s’assurer de satisfaire totalement ces attentes, des questions doivent être soulevées :

  1. Comment valoriser les certifications des MOOCS et permettre une reconnaissance des connaissances au-delà des diplômes possédés ou non par le salarié ?
  2. Comment suivre les cours suivis et évaluer les compétences acquises ? Les apprenants ont en effet une totale autonomie dans le suivi de ces cours et 60% de ceux qui commencent un cours ne le finissent pas.
  3. Comment élargir le catalogue des formations proposées aux collaborateurs en leur proposant des MOOCs adaptés ?
  4. Comment donner du temps aux salariés, certains cours nécessitant un travail personnel conséquent ?

L’Etude « Une fonction digitale RH engagée à accompagner la transformation numérique de son entreprise » menée par Kurt Salmon auprès d’un panel de 76 DRH[iv], a montré que la Formation est en tête de liste pour mener des projets digitaux au sein de l’entreprise et pour répondre progressivement aux questions citées ci-dessus.

Les nouveaux outils ainsi que les méthodes pédagogiques innovantes sont autant d’opportunités à saisir et mettre en place pour développer l’accès facilité à de nouvelles compétences, l’apprentissage par soi-même et le partage des connaissances.

A noter cependant : le MOOC n’a pas vocation à remplacer les formations présentielles proposées en entreprise. Ces dernières sont nécessaires car ciblées sur des sujets liés aux compétences internes souhaitées et aux critères d’évolution. Le MOOC doit venir en complément en permettant d’accéder à un panel de cours plus élargi et ouvert hors des murs de l’entreprise.

Quelle suite…

Il est encore trop tôt pour jauger de l’impact des MOOCs et de leur capacité à durer. Les critères de mesure du succès des MOOCs sont eux-mêmes difficiles à définir.

Selon les pays, le développement des MOOCs ne suit pas exactement le même chemin :

  • Aux Etats-Unis, les limites commencent à se faire sentir. Les MOOCs commencent à être perçus comme une dévalorisation des diplômes existants et une déshumanisation de l’enseignement ;
  • Cela peut être perçu comme un problème de riches pour l’Afrique où ces cours en ligne sont une réelle chance d’acquérir des connaissances jusqu’à maintenant quasi inaccessibles ;
  • Enfin, en France où la culture du diplôme reconnu par l’état est bien ancrée, les DRH ont tout intérêt à développer la valorisation de ces nouveaux moyens d’apprentissage mettant le digital, la motivation et le souhait d’apprendre par soi-même en avant.

Pour l’exemple, Orange parie sur ce mode d’apprentissage en mettant en place des cours, axés sur le Digital, aussi bien pour ses propres salariés par le développement de la Digital Academy, qu’à destination du grand public par le développement de deux MOOCS[v].

Ces initiatives devraient permettre de se faire un avis sur le retour sur investissement et d’avoir des best practices, manquantes certainement aux entreprises et aux DRH actuellement pour se faire une opinion bien précise sur l’apport et l’efficacité des MOOCS.

Auteur : Bénédicte Habault, Consultante senior RH-Management

 

[i] http://www.france-universite-numerique.fr/moocs.html

[ii] http://www.challenges.fr/emploi/20150212.CHA3024/management-finance-creation-d-entreprise-ces-50-moocs-a-ne-pas-rater.html

[iii] http://www.lexpress.fr/emploi/sera-t-on-bientot-embauche-grace-aux-mooc_1296828.html

[iv] http://leblogrh.net/2015/03/23/la-formation-laboratoire-des-initiatives-du-digital-rh/

[v] http://www.orange.com/fr/presse/Communiques/communiques-2014/Orange-lance-la-Digital-Academy-un-programme-de-formation-au-digital-pour-tous-les-salaries-du-Groupe

http://www.orange.com/fr/presse/Communiques/communiques-2014/Orange-lance-deux-MOOC-sur-les-opportunites-professionnelles-du-numerique-a-destination-du-grand-public

Noter cet article

COMMENTS

Leave a Comment