Vers une baisse du salaire net soutenue ?

La DARES a publié le 21 avril dernier, une étude fort intéressante (http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2016-021.pdf). Celle-ci nous enseigne qu’en 2013, les salaires ont sensiblement ralenti dans la majorité des secteurs (industrie et tertiaire). La DARES constate qu’ « en 2013, le nombre d’accords et d’avenants salariaux signés est le plus bas des dix dernières années. » Certains secteurs ne constatent qu’une décélération (agro-alimentaire, branche de commerce de gros et import-export), d’autres une baisse réelle (hôtellerie, restauration, tourisme, professions juridiques et comptables). D’autres branches ont néanmoins constaté une hausse (transports routiers, de l’industrie pharmaceutique, banques).

Tout ceci s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs :

  • abrogation de la Loi Tepa,
  • hausse des cotisations salariales,
  • limitation des enveloppes budgétaires consacrées aux augmentations de salaire.

Ceci semble globalement cohérent, si ce n’est que dans bon nombre de cas, les entreprises omettent (par ignorance, contrainte de temps ou technique) de mettre en œuvre les leviers proposés par la réglementation actuelle pour améliorer le salaire net tout en réduisant son impact budgétaire. Jouer sur ces leviers permettrait, de manière directe, de maintenir à moindre coût la progression des rémunérations nettes, tout en préservant les marges de l’entreprise, comme nous le faisons avec nos clients.

Auteur : Jean-Christophe PROCOT, Senior Manager

Noter cet article

Leave a Comment