Comment faire de l’alternance une pédagogie apprenante ?

« Laisser à l’élève le soin de résoudre le problème d’apprendre, c’est se soustraire de devoir résoudre le problème d’enseigner. »  B.F SKINNER

Par cette citation, Skinner met l’accent sur la transmission de savoir et même sur le devoir de transmettre lorsqu’on est dans la capacité de le faire. Ainsi, si l’on se situe dans le contexte de l’alternance en entreprise, cela implique de renforcer le rôle du tuteur en terme d’apprentissage, dans le contrat qui existe entre lui et son apprenant.

Une connaissance théorique mais pas que

L’implication de l’encadrant est essentielle dans l’objectif d’une pédagogie apprenante. Bien que les centres de formation proposent des formations aux tuteurs pour les aider à appréhender au mieux leur rôle, leur participation y est faible. Pour que la pédagogie de l’apprentissage soit efficace, il semble qu’il soit nécessaire que le tuteur ait connaissance de ce bagage théorique, afin d’adapter son mode d’apprentissage, mais pas seulement. Savoir ce que veut son apprenant, qui il est vraiment, ce dont il a besoin, est le point de départ d’une bonne collaboration. Il faut aussi prendre en compte que chaque apprenant est unique. Chacun a des envies, des valeurs, des aptitudes propres. Pour bien connaître ses alternants, il faut d’abord s’intéresser à qui ils sont vraiment, et ce qui les motivent. Le savoir-être est important, pour ensuite analyser le savoir-faire.

Une pédagogie basée sur la confiance

Etre tuteur est une responsabilité importante qui ne peut être confié à n’importe qui. Le tuteur doit être capable de transmettre des connaissances avec une pédagogie basée sur une relation de confiance, lui permettant d’assurer assez de crédibilité pour transmettre des connaissances à son apprenant et lui apprendre non pas de la théorie, puisque son centre de formation s’en charge, mais savoir adopter une attitude d’apprenant. Cependant l’accompagnement pédagogique ne s’acquière pas forcement dans des diplômes ou avec une ancienneté significative, mais plutôt dans un sens humain du management et une volonté de faire évoluer son apprenti d’un point vue professionnel, mais aussi d’un point de vue personnel pour acquérir un savoir être et un savoir-faire.  Ainsi, un bon apprentissage s’appuie essentiellement sur un tuteur incarné. A la question qu’est-ce qu’un apprentissage apprenant ? Un tuteur inspirant.

Une nouvelle forme de management adaptée

Etre un bon tuteur, cela s’apprend. En pratique, il incombe à l’entreprise de s’assurer qu’il existe un véritable processus de suivi et d’accompagnement des tuteurs, dans un but de déterminer si ce dernier arrive à faire développer les compétences de ses alternants dans une logique pédagogique apprenante. C’est pour cette raison qu’une véritable stratégie d’accompagnement est nécessaire, pour faire évoluer des pratiques managériales, qui aujourd’hui se confrontent aux limites d’une nouvelle génération, captives de nouveaux projets mais en recherche d’identités fortes.

Un savoir-être, pilier d’un savoir-faire

Certains centres de formations ont pris des initiatives intéressantes en termes d’accompagnement des tuteurs, il serait alors pertinent de développer leur réalisation afin de promouvoir un meilleur apprentissage dans les entreprises et un accompagnement constructif d’une personnalité professionnelle, assurés par des tuteurs de qualité. Mais comment faire de cette expérience un socle de connaissances qui permette une initiation et la construction d’un savoir-être et d’un savoir-faire ?

Auteur : Anne-Clotilde DEBALLON, consultante People & Change

Noter cet article

Leave a Comment