Prévenir l’absentéisme, un challenge pour les entreprises

Prévenir l’absentéisme, un challenge pour les entreprises

Aujourd’hui, l’absentéisme reste un sujet-clé pour les entreprises et plus particulièrement pour les DRH. Selon de nombreuses études, l’absentéisme est en hausse d’année en année. Une étude de Malakoff Médéric indique que le nombre moyen de jours d’absence par salarié s’élevait à 16,6 en 2016, en augmentation de 6% par rapport aux chiffres de 2010.

La hausse de l’absentéisme, ainsi que ses conséquences sur les aspects organisationnels et financiers poussent les DRH à mettre en place des plans d’actions adaptés afin de contrôler et modérer ses impacts pour les entreprises.

Avant de définir et de mettre en place ces plans d’actions, les entreprises doivent d’abord identifier et comprendre les principales causes de leur absentéisme, propre à chaque entité, et ainsi déterminer quels sont leurs champs d’actions possibles.

Les principales causes de l’absentéisme pour les entreprises

Les causes de l’absentéisme peuvent se distinguer en deux catégories :

  1. L’absentéisme propre aux salariés, avec des motifs liés à la santé ou à des problèmes personnels ;
  2. L’absentéisme propre à l’environnement de travail, avec des causes directement liées au travail comme la charge, les tensions avec le management, la qualité de vie au travail…

Selon l’étude réalisée par Ayming sur l’absentéisme en 2016, un salarié sur quatre déclare que ses absences sont directement liées au travail, et notamment :

/ Aux conditions de travail (charge de travail, environnement de travail, matériel à disposition, organisation…)

/ Au climat social et à l’ambiance en entreprise

/ A la relation et la reconnaissance du management

Ces facteurs peuvent en effet déclencher une baisse de motivation et un désengagement de la part des collaborateurs.

Quelles sont les leviers d’actions possibles pour les entreprises ?

Le coût direct de l’absentéisme en France est estimé à 45 milliards d’euros. Cet impact financier important s’explique par une perturbation dans la gestion du personnel qui engendre notamment une perte de productivité, de qualité et de compétences tout en suscitant démotivation et lassitude chez les employés plus assidus.
En outre, les impacts ne sont pas que financiers mais également sociaux, organisationnels et culturels.

En France, nombreuses sont les entreprises ayant pris conscience de l’importance d’être alerte face à l’absentéisme. Environ 84% des DRH en France mesurent et suivent leurs données sur l’absentéisme, et 45% d’entre eux ont mis en place des plans d’actions pour prévenir l’absentéisme.

L’absentéisme n’est pas une fatalité pour les entreprises et de nombreuses initiatives sont menées pour limiter les impacts mais également prévenir ce phénomène. Ainsi, l’identification et la qualification des leviers d’actions passent essentiellement par une étude descriptive à travers des données quantitatives et qualitatives. L’objectif étant de définir les principales causes et ainsi les catégoriser pour définir les actions efficaces à mettre en œuvre.

Exemples d’actions pouvant être été mises en place

  1. Actions visant à l’amélioration de la qualité de vie au travail :

La Qualité de Vie au Travail (QVT) impacte directement la motivation des salariés d’une entreprise. D’après une enquête réalisée par BVA, 20% des salariés concernés par l’absentéisme souhaitent un accompagnement concernant l’adaptation du poste et des conditions de travail. Diverses actions sont possibles pour améliorer la QVT en entreprise : ergonomie des postes de travail, accès à des places en crèches, organisation d’activités extra-professionnelles ou encore la mise en place du télétravail. Les chiffres montrent que les actions de QVT permettraient aux entreprises de réduire de 25% l’absentéisme au travail, et le télétravail permettrait de diviser par deux le taux d’absentéisme.

  1. Actions visant à l’amélioration de l’engagement du collaborateur et du sentiment de reconnaissance

La reconnaissance est devenue un enjeu majeur de la gestion des ressources humaines. Un sujet étroitement lié à l’engagement des collaborateurs. En effet, 15% des salariés concernés par l’absentéisme auraient souhaité plus d’écoute et de la considération de la part de leurs supérieurs hiérarchiques. La mise en place d’actions telles que l’organisation de temps d’échange entre managers et collaborateurs, ainsi que la mise en place de sessions de tutorat permettent d’améliorer l’engagement des collaborateurs et réduire le risque d’absentéisme.

Les causes et conséquences de l’absentéisme étant spécifiques à chaque entreprise, l’identification et la définition des facteurs clés de succès est une étape cruciale pour prévenir l’absentéisme efficacement.

Aujourd’hui, les entreprises utilisent principalement des méthodes traditionnelles descriptives pour qualifier leur absentéisme à un instant t. Cependant, les causes de l’absentéisme peuvent également provenir de facteurs non perceptibles à court terme. A l’heure actuelle, de nombreuses entreprises se tournent vers des méthodes scientifiques telles que la data science et le machine Learning afin de prédire et d’anticiper le turnover par exemple. Des méthodes qui pourraient également être appliquées au sujet de l’absentéisme.

Ecrit par :

 Anne Ly, Consultante People & Change

 Pierre-Arthur Costa, Consultant People & Change

Noter cet article

Leave a Comment