Cercle Humania : Comment surmonter la diabolisation des RH et réenchanter les relations humaines ?

Le Cercle Humania, lieu d’échanges et de réflexions pour les DRH des grandes organisations privées et publiques s’est déroulé le 12 Février 2019 sous l’égide de l’Apec et de Wavestone sur le thème « Comment surmonter la diabolisation de la fonction RH et ré-enchanter les relations humaines ? ».

Muriel de Fabrègues enseignant-chercheur aux commandes du CIFFOP -Centre Interdisciplinaire de Formation à la Fonction Personnel- au sein de la prestigieuse Université Paris II Panthéon-Assas, s’interroge sur les moyens de dédiabolisation de la fonction RH et de réenchantement des relations humaines. Au plus près des problématiques RH, Muriel de Fabrègues statue à la lumière de nombreux témoignages d’étudiants et de DRH.

 

 

Les Ressources Humaines : une fonction mal aimée

C’est historique, la fonction RH est une fonction décriée, et largement dépeinte comme une machine à broyer, peu efficiente voire absente. Elle souffre d’une mauvaise presse intrinsèque à ses activités, la RH est souvent porteuse de mauvaises nouvelles : fusions/acquisitions, licenciements, délocalisations. On lui reproche également des injonctions permanentes.

Or, la fonction RH sera dorénavant bien plus qu’une fonction administrative. Muriel de Fabrègues aborde les RH sous un nouveau prisme lui restituant ses lettres de noblesses. Sa position est ferme ; la fonction RH doit être inspirante. Loin des ressentiments, le travail des RH doit tenir de l’enchantement. Comment aller à la reconquête des RH ?

 

Une inversion de paradigme

La clé de voûte pour réinventer la fonction RH et ré-enchanter les relations humaines repose sur cette idée : la vocation.

Muriel de Fabrègues met à contribution l’auditoire en posant une question simple: « Souvenez-vous de ce qui vous a animé à faire carrière dans les RH ? ». Selon elle, il faut faire de ce souvenir – des rencontres et des réflexions passées, qui ont inspirées notre vocation pour les RH – une ressource intérieure.

Par ailleurs, adepte de philosophie, le co directeur du CIFFOP fait appel à la pensée d’Épictète et définit la vocation en ces termes : « La vocation est ce qui dépend fondamentalement de nous. Ce ne sont pas les évènements de notre vie ou les choses extérieures, mais ce sont les jugements que nous portons sur ceux-ci. »

La vocation pour les RH serait donc une intime conviction que l’on garde en soi, la sensation de savoir intimement ce qui nous anime. In fine, c’est en renouant avec cette intuition originelle que nous resterons au plus près de notre vocation pour les RH.

 

 

Quel plan d’action pour dédiaboliser les RH et ré-enchanter les relations humaines ?

La valorisation de la fonction RH doit être soutenue par un travail en amont qui consiste, d’une part à professionnaliser la fonction (comprendre les enjeux business, faire évoluer les compétences et maîtriser les nouveaux outils), et d’autre part à développer une posture d’empathie et d’écoute.

Son programme pour ré-enchanter les relations humaines au travail :

  1. Se rapprocher de la jeune génération – favorable au changement – dont la vocation est fraîche, et le désir de se mettre au service des RH, ardent.
  2. Avoir une vision progressiste : recourir aux automates intelligents dans les services RH et se libérer du temps pour exploiter le potentiel de nos ressources.
  3. Ancrer les valeurs RH : valoriser l’éthique professionnelle et la co-responsabilité en entreprise.

 

 

En définitive, profitant d’un changement de paradigme, la fonction RH a les pleins pouvoirs pour ré-enchanter les relations humaines et renforcer le bien-être au travail.

 

Auteur

Pauline LE TIRILLY – Analyst People & Change

 

 

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter 

Benjamin NINOU – Senior Consultant People & Change

benjamin.ninou@wavestone.com

Noter cet article

Leave a Comment