Intelligence collective : comment en tirer le meilleur pour les entreprises ?

« La pierre n’a point d’espoir que d’être autre chose que pierre, mais de collaborer, elle s’assemble et devient temple » Antoine de Saint Exupéry.

Dans une ère où la transformation impacte l’ensemble des secteurs de l’entreprise, 85% des organisations estiment que les technologies collaboratives accélèrent la prise de décision [1]. L’implication des collaborateurs aux processus décisionnaires de l’entreprise apparait donc comme l’un des facteurs clés de succès d’un changement réussi, en capitalisant notamment sur l’intelligence collective.

Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les facettes de ce nouveau modèle collaboratif qui tend à se développer au sein de nos organisations.

« L’intelligence collective est une capacité qui, par la combinaison et la mise en interaction des idées de plusieurs personnes, génère de la valeur supérieure à celle qui serait obtenue par la simple contribution de chaque individu » (Mack, 2004)[2]. Une équipe de travail bénéficiera donc du champ de connaissance de chacun de ses membres pour mener ses projets à bien.

Mais comment valoriser les idées de chacun ? Ne risque-t-on pas de se perdre dans une masse d’informations impalpable ?

Voici selon nous les enjeux clés qui peuvent guider les objectifs d’une entreprise souhaitant mettre en avant l’intelligence collective :

De nombreuses opportunités potentielles

L’intelligence collective, à travers les outils digitaux, permet de développer de nombreuses opportunités visibles, telles que le développement de la créativité et de l’innovation via la convivialité. Ainsi, l’intelligence collective, lorsqu’elle est favorisée par une entreprise « apprenante » où tous les membres apprennent les uns des autres[3], permet la montée en compétences des collaborateurs, grâce au rapprochement des idées et connaissances, au-delà des frontières géographiques.

Enfin, elle contribue à l’amélioration de la performance : le collaborateur est contributeur et co-responsable dans l’atteinte d’un objectif partagé et évolue au sein d’un réseau en co-construction basé sur la confiance entre les collaborateurs et le management.

Ces nombreuses opportunités ne viennent pas sans risques : quels sont les travers possibles de l’implémentation d’outils digitaux dans les entreprises et les organisations ? Et quelles actions peut-on mettre en œuvre pour accompagner les changements liés au modèle de l’intelligence collective ?

Des points de vigilance à garder en tête

Dans une entreprise apprenante grâce à des outils innovants et digitaux, il est important d’anticiper certains risques. Pour commencer, le manque d’implication des collaborateurs dans le choix et l’implémentation des outils digitaux choisis peuvent conduire à une mauvaise perception de l’outil et à une mauvaise coordination entre l’utilité des outils digitaux et le quotidien opérationnel des équipes. Cela pourrait se traduire par la suite comme un manque d’investissement dans l’animation des outils.

L’outil peut également être détourné de sa fonction. Par exemple, une utilisation superficielle de l’outil digital, à des fins de communication, ne permet pas de profiter pleinement de l’outil digital comme un moyen de favoriser l’intelligence collective. Un autre biais, serait de percevoir l’outil comme une fin en soi, plutôt qu’un moyen d’appuyer la collaboration. D’ailleurs, un choix d’outil décorrélé de la démarche/stratégie globale de l’entreprise et/ou la démultiplication des outils répondant à un même besoin seraient préjudiciables à l’appropriation d’outils favorisant l’intelligence collective.

Finalement, pour mieux répondre aux grands défis de demain, le management de l’entreprise a besoin de s’ouvrir aux idées de ses collaborateurs et de les laisser prendre part aux décisions stratégiques. En ce sens, les outils digitaux peuvent appuyer la démultiplication d’idées et d’échanges en interne. En effet, ils donnent accès aux propositions les plus innovantes pour améliorer l’efficience de l’organisation, grâce à l’implication d’un maximum de personnes.

En conclusion, voici les bonnes pratiques managériales que nous préconisons pour que l’intelligence collective porte ses fruits :

  • Une démarche collaborative affirmée en amont (par les décideurs) : ce n’est pas l’outil qui favorise la collaboration, mais la manière dont il s’imbrique dans une démarche réfléchie au préalable
  • Accompagner le changement : dédier une équipe en interne pour déployer les outils collaboratifs (analyse d’impact, gestion des anomalies, communication interne, gestion des parties prenantes, formations…)
  • Organiser des évènements ou des réunions en présentiel pour aider à l’appropriation et au suivi de l’utilisation de l’outil collaboratif
  • Capitaliser sur les retours d’expérience afin d’adopter une démarche d’amélioration continue

[1] Source : https://itsocial.fr/enjeux-it/utilisateurs/collaboration/chiffres-cles-de-collaboration-lentreprise-infographie/ – Dimensiondata

[2] Manfred, Mack. “Pour que l’entreprise génère un nouvel épanouissement économique et humain (2003)

[3] Billaudot, B. (2001). Régulation et croissance: une macroéconomie historique et institutionnelle. Editions L’Harmattan.

 

 

 

 

 

 

 

Sonia Bektou Consultante

 

 

Pour en savoir plus : 


gaelle.larche@wavestone.com

frederique.saint-genis@wavestone.com

 

 

Autres articles en lien qui pourraient vous intéresser

COMMENTS

  • Balou sofiene

    Dans le milieu hospitalier, nous retrouvons aussi les outils digitaux comme solution pour réfléchir collectivement aux problématiques que nous rencontrons. Merci pour cet article qui met en avant les synergies possibles dans notre monde ou le digital est ancré dans nos nouveaux modes de travail.

Leave a Comment