Top 10 des initiatives quick win à lancer pour faire des économies au sein des DRH

Il n’y a pas de petites économies ! Et dans le contexte qu’est celui de la crise COVID-19, les DRH aussi peuvent contribuer à l’effort afin de regagner de la trésorerie en jouant sur le volet social ou sur la digitalisation des processus RH. Pour ce faire, il existe de nombreuses solutions quick win : des projets de courte durée sur lesquels se fait un rapide retour sur investissement.

 

Les solutions concernant la masse salariale et le statut social de l’entreprise

  • Rendre le régime de prévoyance optimal

En se posant 2 questions : qu’en est-il de l’aménagement des contrats pour le futur ? Ne serait-il pas judicieux de renégocier les contrats d’assurance et de s’assurer que les risques couverts ont toujours un sens dans un monde post-COVID-19 ?

  • Repenser la politique de NAO

(Négociation Annuelle Obligatoire) : les salaires et charges associées représentent, pour la plupart des entreprises, le principal centre de coûts. Or, le salaire n’est pas le seul moyen de motiver un collaborateur. Il s’agit donc de trouver un système de récompenses alternatif, par exemple, en améliorant la protection sociale.

  • Revoir l’organisation et la gestion du travail

Notamment, en remplaçant le système d’heures supplémentaires par une annualisation du temps de travail.

  • Mettre en place l’accord de compétitivité

Avec l’accord de compétitivité, il est possible pour l’entreprise de renégocier un accord signé avec les partenaires sociaux. Lorsqu’il est revu, l’accord ne nécessite pas de validation individuelle avec les salariés. Cette pratique est encore peu répandue, car assez récente, mais son usage tend à se populariser très rapidement car elle promet des économies rapides et peut être mise en place en 3 à 4 mois seulement.

  • Optimiser les taux et assiettes des cotisations

Un audit technique et juridique permet de s’assurer que les charges sociales et les crédits d’impôts payés sont bien le reflet des sommes réellement dues. Cette optimisation peut également être étendue aux charges d’électricité ou celle de la location des locaux par exemple ; tout ce qu’une entreprise paye est optimisable et l’optimisation des taux et assiettes de cotisation est une bonne pratique, même hors contexte de crise économique.

  • Optimiser l’accord d’intéressement

Soit, en choisissant de ne rien verser cette année car les critères de performance ne seront pas atteints, soit en faisant le choix d’autofinancer. Mais attention, l’accord révisé doit être déposé avant le milieu de l’exercice en cours.

 

Les solutions digitales : la bonne solution pour effectuer des économies ?

  Au-delà de limiter le risque juridique lié à une erreur de contrat, en dématérialisant le flux de l’intérim depuis l’expression du besoin jusqu’à l’auto-facturation, l’entreprise peut générer des économies à hauteur de 1% à 3% du CA interim.

 

Sans nécessairement remplacer 100% du catalogue de formation en présentiel, le e-learning et autres pratiques de digital learning permet de réduire les coûts liés à la formation (jusqu’à 50% pour une formation en e-learning). La crise COVID a boosté la culture du digital, profitez-en !

 

En dématérialisant le flux de gestion, l’entreprise génère des économies mais bénéficie aussi du contrôle de l’ensemble du processus. En prenant en compte tous les avantages de cette solution, le projet peut se rentabiliser en quelques mois.

 

Entre économie de stockage et accès accéléré et fiabilisé aux informations, la dématérialisation des dossiers salariés peut se rentabiliser en quelques mois à peine, et nécessite environs 6 mois de déploiement.

 

Pour conclure, les RH peuvent être de réels vecteurs d’économies pour l’entreprise. Ces solutions représentent, ainsi, des opportunités pour la fonction RH – qui ne manque déjà pas de sujets à traiter.

——-Charlyne ALLOINAnalyste
Pour en savoir plus, vous pouvez contacter :
Julien ESCANDESenior Manager
julien.escande@wavestone.com

Autres articles en lien qui pourraient vous intéresser

Leave a Comment