Le DRH, moteur du changement et pilote de la transformation

« Le DRH de demain se doit d’être agile, capable de créer du lien entre les différents acteurs et être pilote dans les transformations d’une organisation. »


Ce sont en une phrase les principales conclusions de l’étude Humania 2018/2019 menée par Wavestone et l’APEC pour le cercle Humania[1] et ayant rassemblé plus de 120 DRH répondants et participants. Une étude qui nous offre le portrait du DRH de demain avec ses qualités, compétences et valeurs à travers le regard de grands DRH actuels interrogés sur l’évolution de leur métier.

Créatif, stratège, fédérateur, décisionnaire, innovateur, protecteur…autant de compétences et qualités attendues du DRH aujourd’hui qui peuvent faire croire à un poste tiraillé entre des attentes paradoxales. Au centre du processus de décision dans le comité exécutif et garant de la proximité et du lien avec et entre les collaborateurs, comment le DRH arrive t’il aujourd’hui à manager la diversité des missions qui lui sont confiées ? Quel profil de DRH correspond le mieux aux nouveaux défis auxquels la fonction fait face ? Portrait-robot d’un poste en mouvement.

Un positionnement différent

L’étude Humania 2018 montre que le DRH de demain va devoir renforcer ses compétences dites « hard skills » notamment dans les domaines du réglementaire RH, du digital, du pilotage et de la gestion financière ainsi que ses compétences dites « soft skills », par exemple renforcer sa posture de conseil, d’accompagnement, sa capacité de faire monter en compétences, tout en étant bienveillant. 

Pourquoi ce tel mix de compétences ? La raison est à chercher dans l’évolution de son positionnement. L’image de directeur du personnel suivie de celle de Business Partner ont progressivement laissées place au Business Maker. Le DRH se retrouve au centre des décisions stratégiques et apporte de la matière à leur élaboration.

Le duo DRH et DG / PDG est devenu un incontournable dans la gestion et l’incarnation d’une direction claire pour l’organisation. Plus que le bras armé de la direction le DRH en est devenu le conseiller et cela va bien au-delà d’une relation « confident de l’ombre » avec son directeur général. Il joue surtout ce rôle lors des comités décisionnels combinant la nécessité du compromis et la mise en lumière des enjeux humains et juridiques des décisions.

Il s’agit d’une évolution qui nécessite une parfaite compréhension business mais aussi une réelle gestion financière de la fonction justifiant la prise de décision (pour permettre de mesurer / chiffrer / piloter les activités RH). Ce positionnement ne se limite pas au comité exécutif mais déteint bien sur les tâches et missions du DRH au quotidien.


Un périmètre élargi dans un environnement mouvant

La Réglementation Générale sur la Protection des Données (RGPD) ou encore le Prélèvement A la Source (PAS) ne sont que de récents exemples de l’importance et de la fréquence des transformations qui affectent les Directions de Ressources Humaines. La mission principale du DRH devient ainsi d’intégrer rapidement et efficacement les évolutions, tendances et changements au sein de l’organisation tout en faisant le tampon entre business et enjeux humains.

   

Auteurs

 

Quentin BRUNEL – Consultant

 

Aurélie JAUNEAU – Manager

Pour plus d’informations, vous pouvez la contacter à :

aurelie.jauneau@wavestone.com

[1] http://www.cercle-humania.fr/pdf/EtudeRHHumania2018LafonctionRHdedemainFINAL.pdf

Noter cet article

Leave a Comment