Le co-développement à distance c’est possible ! Comment transformer les contraintes de la distance en atouts ?

Le co-développement à l’ère du distanciel peut paraître un défi. Pourtant, la distance peut devenir un réel atout.

Découvrez dans cet article comment cet outil incomparable de mobilisation de l’intelligence collective et de la créativité sait rester au service de votre organisation, même en temps de contrainte sanitaire.

 

Le co-développement : un pacte entre collaborateurs pour progresser ensemble

 

C’est Adrien Payette et Claude Champagne qui définissent le co-développement dans les années 80, comme « […] une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d’améliorer leurs pratiques. La réflexion effectuée, individuellement et en groupe, est favorisée par un exercice structuré de consultation qui porte sur des problématiques vécues actuellement par les participants… ».

 

La dynamique de groupe se crée après la pose d’un cadre. Ce pacte entre les participants offre un espace de sécurité et de confort leur permettant un travail en confiance. La confidentialité, la prise de parole responsable, mais aussi le droit à l’humour ou au silence sont autant de facteurs qui favorisent le bon déroulé des séances. 

 

Le cadre définit également des rôles : le client, qui pose la problématique qu’il rencontre, l’animateur, garant du cadre établi, et les consultants, au service du client pour l’aider.

 

Avec quelques bonnes pratiques et de bons outils, la distance se dompte

 

Le co-développement propose un processus basé sur l’échange et l’interaction. Il peut alors paraître difficile de s’engager dans son animation en distanciel.


Quelques bonnes pratiques et des solutions innovantes permettent pourtant de relever ce défi !

 

Tenir le cadre en co-développement est un indispensable. En distanciel celui-ci peut être co-construit, rappelé, et tenu avec l’appui de nombreux outils digitaux : timekeepers, commandes de micro, slides, fils de discussion qui offrent à certains messages la permanence de l’écrit. Autant de solutions qui facilitent la mission de l’animateur. 

 

Le co-développement se nourrit d’échanges et d’interactions. Là encore des outils digitaux existent. Ils proposent des cadres souvent innovants et astucieux pour la mise en œuvre de techniques d’animation de l’intelligence collective, au service de la construction et du partage d’idées. Parmi ceux que nous apprécions, Beekast, Kahoot, Mural, présentent des qualités de mise en œuvre facilitée et des coûts limités. 

En dépit de ces bonnes pratiques et de ces solutions, la distance reste une réalité qu’il ne faut pas occulter. Les solutions explorées ne seront réellement efficaces que si le rapport à la distance est le même pour chacun. Il est préférable d’éviter les sous-groupes en présentiel ou l’isolement de quelques-uns. On préfèrera une situation distancielle pour tous.  

 

En composant avec la distance et les moyens innovants pour l’appréhender, nous allons découvrir qu’elle peut même être porteuse d’avantages insoupçonnés.

 

 

Les avantages insoupçonnés de la distance en co-développement

 

Parce qu’elle impose un cadre ténu et exigeant aux interactions, la distance amène les participants à renforcer leur investissement dans le co-développement.

 

Ainsi l’obligation de l’écoute renforcée déploie une attention à l’autre supérieure à celle que l’on rencontre en présentiel.  

 

L’exigence de créativité pour l’animation conduit à l’exploration et à la mise en œuvre d’outils dopant l’intelligence collective. 

 

Enfin, la discipline que les participants installent de fait dans ce cadre contraint, favorise un auto-apprentissage. Une responsabilisation des participants naît progressivement, et l’on constate que le groupe devient proactif sur la tenue du cadre et sur l’entretien de sa dynamique de fonctionnement. 

 

Retenons que loin d’être un obstacle insurmontable, la distance en co-développement peut se révéler un catalyseur utile. La qualité de la relation entre les participants et l’efficacité du processus d’apprentissage lui-même s’en trouvent maintenues, voire accrues.

—–Sarah LARANConsultante
Pour en savoir plus, vous pouvez contacter :
Gaël CAUTAINManager
gael.cautain@wavestone.com

Autres articles en lien qui pourraient vous intéresser

Leave a Comment