Travailler ensemble : quand QVT rime avec inclusion et diversité

L’édition 2021 de la semaine pour la qualité de vie au travail qui se tient du 14 au 18 juin sur le thème « Travailler ensemble » s’impose comme une évidence dans le contexte sanitaire remettant l’accent sur la porosité entre QVT et politique Diversité et Inclusion.

En effet, plusieurs études mettent en évidence dans l’évolution des modes et conditions de travail (chômage partiel, télétravail, etc.), la nécessité de renforcer les liens entre QVT et diversité et inclusion.

Alors, comment la Qualité de Vie au Travail peut-elle être au service de l’inclusion et la diversité, et vice-versa ?

Depuis le premier confinement, plusieurs constats mettent en lumière l’absence d’égalité face à la pandémie

En effet, il s’est avéré que les personnes cumulant plusieurs caractéristiques (âge, problème de santé …) étaient plus gravement touchées et potentiellement victimes de discriminations. Les premières semaines de confinement ont exacerbé les inégalités socio-économiques préexistantes : taille et confort des logements, accès et accessibilité au numérique, … Elles ont par ailleurs révélé, en France comme dans de nombreux pays européens, l’accroissement de comportements discriminatoires (multiplication des agressions à l’égard des femmes etc.). Les femmes, les jeunes et les employés à basse qualification ont été les premiers touchés sur le plan économique.  La réduction des revenus a fait peser des charges supplémentaires sur les aidants, et en premier lieu sur les femmes (57% des aidant.es sont des femmes).

Une approche systémique doit permettre de faire progresser de manière cohérente le bien-être au travail, l’égalité professionnelle et la conciliation des temps de vie personnelle et professionnelle.

Fondée sur de multiples dimensions à la fois subjectives et objectives, la QVT ne peut être analysée qu’en appréhendant ses déterminants dans leur ensemble et dans leurs interactions. D’ailleurs, l’ANI du 19 juin 2013 sur la QVT et l’égalité professionnelle, affirme cette nécessité et cette ambition. L’objet de l’accord est notamment « de permettre, par une approche systémique, d’améliorer la qualité de vie au travail et les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et donc la performance économique de l’entreprise ». De manière complémentaire, l’ANI avance également que face à l’empilement des textes et le cloisonnement des thèmes, cette approche systémique permet de s’affranchir des logiques segmentées qui n’ont pas donné jusqu’à ce jour les résultats escomptés.

Concrètement, un management bienveillant, respectueux de chacun, et un développement des ressources humaines donnant ses chances à tous les talents constituent un enjeu majeur d’une politique QVT.

En sortant de la segmentation des approches qui cloisonne, les politiques et actions destinées dans une première intention pour pallier certaines situations d’exclusion ou formes d’inégalité apportent du bien-être à tous les collaborateurs.  

Au moment où les DRH repensent l’expérience employé et les modes de travail à distance et en présentiel, cette série d’articles publiés tout au long de la semaine de la QVT, vous propose un éclairage sur quatre thématiques clé :

——-Sabrina YOUNSI YUTH Senior Manager
Pour en savoir plus, vous pouvez contacter :
Michael PLESKOFManager
michael.pleskof@wavestone.com

Autres articles en lien qui pourraient vous intéresser

Leave a Comment